Le Nord

On en parle tellement depuis notre arrivée que c’est presque devenu une blague. Ça fait plus d’une semaine que nous sommes partis pour passer quelques jours de vacances au nord de l’île. Et bien ça y est! Alors, autant le dire tout de suite, cette destination semble sous l’emprise d’une malédiction. Dès notre départ, nous nous rendons compte que nous sommes dans la fumée. Et plus on roule, pire c’est. En effet, tout l’ouest et le nord de l’île sont dans le brouillard provenant des feux de forêts qui brûlent dans l’ouest des États-Unis. Difficile, donc, d’admirer les paysages qui semblent pourtant magnifiques.
Nous arrivons à Port Hardy en début d’après-midi, et là, il faut avouer que c’est un peu une déception. La ville n’est pas très jolie, si ce n’est pour son front de mer, et semble assez mal entretenue.

Après un bref passage au centre d’information touristique, nous faisons quelques emplettes et nous rendons au camping situé à quelques kilomètres de la ville, au fin fond du bois au bout d’une route de gravelle, au bord d’un joli lac. La soirée au coin du feu ne sera toutefois pas très longue. Il fait noir de plus en plus tôt et lorsque l’on vit à l’extérieur, on se voit obligé de tout faire plus tôt, ou plus vite. De toute façon, demain, nous allons randonner, alors autant nous reposer.

Tex Lyon Regional Trail. Notre destination du jour. Nous ne savons pas vraiment dans quoi nous nous engageons. Selon les sources, il s’agit d’une marche de 8 kilomètres, de 11 kilomètres, ou de 8 heures. Allez savoir… Ce dont nous sommes sûrs, c’est que le sentier longe la côte jusqu’à une pointe donnant sur l’océan. Cool! Bon, au début du sentier, on se rend compte qu’on ne voit pas grand-chose à cause de la fumée. Moins cool. Ce ne sera pas la randonnée rêvée sous le soleil, au bord de l’eau, mais tant pis. De toute façon, on passe quand même une bonne partie du temps dans la forêt, donc ce n’est pas si grave. Et la vue est quand même belle. Finalement, nous aurons parcouru plus de 14 kilomètres, tour à tour en forêt, dans la brousse ou sur la plage, parfois à escalader des rochers ou à monter des échelles (ou à les descendre), d’autres fois à traverser des ponts à moitié effondrés, pour en effet arriver à la pointe Dillon, donnant directement sur l’océan.

Malheureusement, la météo ne nous permet pas de profiter pleinement du panorama, mais nous apprécions tout de même la vue et la diversité du paysage et de la végétation. Une journée très physique, mais aussi très satisfaisante, à l’issue de laquelle nous avons besoin… d’une douche. Et là encore, le problème se pose : où pouvons-nous nous laver? Vu notre état de fatigue, nous n’avons vraiment pas envie de parcourir tous les chemins des environs pour trouver un lac qui nous convienne. En plus, il paraît qu’il va pleuvoir cette nuit. Nous nous laissons donc aller à la paresse et à la facilité et prenons une chambre à l’auberge de jeunesse. Pas du tout économique, mais quel plaisir de prendre une douche chaude, de cuisiner dans une vraie cuisine, et de dormir dans un vrai lit! Et grâce au wifi, Stéphane peut publier les autres articles en attente sur le site, rien que pour vous, chers lecteurs 😉

Après tout ça, une bonne nuit de repos nous attend avant de nous diriger vers Port McNeill demain.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s