Vendu!

Et voilà, c’est fait! Après plusieurs semaines d’attente, tout s’est accéléré, et maintenant tout va très vite. On n’a pas eu vraiment le temps de réaliser, peut-être que même on ne réalise pas vraiment encore, mais c’est pourtant vrai : nous partons!

Petite rétrospective. À la mi-juillet a été publiée une offre d’emploi de traducteur-réviseur pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. C’est un poste d’un an et demi. On hésite, on en parle, je postule. Un an et demi à Yellowknife, suffisamment de temps pour en profiter et vivre vraiment le grand Nord, et juste assez pour ne pas être tannés. Le processus est assez long. En fait pas vraiment. C’est surtout l’attente qui est longue. Alors après envoi de CV, test de traduction, entrevue… j’ai l’emploi! Autant tout était flou jusque là, autant d’un coup, c’est vrai, et il y a urgence. J’avoue que j’ai encore du mal à y croire, mais pas le temps de se poser des questions. La machine est lancée et il faut y aller. Le plus gros sujet est bien sûr l’appartement. Nous ne savions pas quoi en faire : le garder et le louer, le vendre… Nous choisissons de vendre, et nous avons bien fait. Il semblerait que la période ait été propice : en trois jours, c’était réglé. Un poids en moins sur les épaules. Vient ensuite l’organisation plus générale : le trajet jusque là-haut, le déménagement, le logement dans notre nouvelle ville. Le gouvernement, mon nouvel employeur, nous aide beaucoup. Il n’est pas facile d’attirer des gens dans le Nord, les incitatifs sont donc nombreux. Le déménagement est pris en charge, un logement nous est fourni à notre arrivée le temps que nous trouvions notre chez-nous. Finalement, le stress est vraiment minimal, car la majorité des trucs pénibles qui accompagnent les grands départs comme ceux-là est déjà prise en charge pour nous. C’est donc plutôt détendus que nous nous préparons, et j’avoue penser beaucoup plus à notre vie là-bas qu’à l’organisation des quelques semaines (jours…) qui nous restent avant le jour J, le 28 octobre, lorsque nous prendrons la route. En fait, personnellement, j’y suis déjà. Comme en plus, nous connaissons les lieux, nous ne serons pas dépaysés et la transition n’en sera que plus facile. Le plus grand changement sera sans doute pour moi de retrouver des collègues et d’aller au bureau tous les matins. Mais quelque part, cette transition (puisque ç’en est une, ne nous voilons pas la face. À moins que…) me fera du bien. La vie à son compte a de nombreux avantages et côtés très agréables, mais sur le plan social, il faut bien l’avouer, ce n’est pas l’idéal. Cela ne me dérange pas dans l’absolu, mais il me semble qu’il sera bon de changer un peu de mode de vie, de revoir des gens.
Nous quittons donc les Rocheuses pour un espace encore plus grand, plus dépaysant, différent. Nous avons vraiment apprécié le temps que nous avons passé ici, et nous partons le cœur léger, car nous en avons profité. Mais nous sommes maintenant prêts pour de nouveaux horizons, de nouvelles découvertes. Aurores boréales et moustiques, nous voilà!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s