Non, je ne regrette rien

Nous avons quitté Quito sans trop de regrets ! Nous sommes aujourd’hui à Canoa, petit village de pêcheur qui commence à gagner en notoriété pour sa plage de sable magnifique et ses vagues généreuses.

Revenons sur nos deux dernières journées.

Samedi, nous sommes allés au plus grand marché d’Équateur voire d’Amérique du Sud, à Otavalo. Le village se situe à 80 kms au nord de Quito et il nous a fallu 3 heures et demi de transport en commun pour y arriver. Une fois sur place, nous sommes un peu déçus. Comme nous sommes arrivés tard, vers 12h00, on pense que certains exposants avaient déjà remballé leur camelote. En errant dans les allées, on se rend vite compte que les exposants ne vendent que de l’artisanat. Où sont les légumes, les fruits, la viande, les épices et autres produits secs, les cuisinières s’affairant derrière leur brûleur à gaz? Où sont donc ces étales qui donnent cette couleur tant appréciée au marché ? On en a trouvé quelques-uns à force de déambuler mais nous sommes un peu déçus d’avoir fait autant de transport en commun pour ça, peut-être parce que des marchés, on a eu l’occasion d’en voir un peu partout depuis le début du voyage. Après deux heures de déambulation dans le marché, nous allons nous restaurer et repartons pour 3 heures et demi de bus.

Dimanche, nous sommes allés à la mitad del mundo, la ligne équatoriale ! En fait, si vous ne le saviez pas, le monde a maintenant deux équateurs ! si, si !!

Le premier équateur date de la mission franco-espagnole qui a eu lieu au XIXème siècle. À cet endroit, un monument a été construit. Autour de ce monument, on trouve tout un tas de restaurants et de cafés . Il s’agit en fait d’un village dans le village, ou plutôt d’un parc récréatif où les équatoriens vont y passer le dimanche en famille.

À 150 m plus au nord se trouve le musée d’Intiñan. Ce musée privé sur l’Équateur en général se trouverait sur la véritable ligne de l’Équateur, selon les nouvelles méthodes de calcul (GPS). Finalement, le musée Intiñan tire profit de cette polémique, il présente diverses expériences physiques pour montrer les effets du magnétisme, au nord et au sud de l’équateur. Au nord de l’Équateur, l’eau s’écoule dans le sens antihoraire ; au sud, l’eau s’coule dans le sens horaire. Sur l’équateur, l’eau s’écoule sans tourner ! Ceci n’étant pas le but premier du musée, on a aussi vu des têtes réduites. Lorsqu’une personne mourait ou lorsqu’un ennemi était tué, les jivaros réduisaient la tête du mort. Pour ce faire, ils ne gardaient que la peau et le cartilage du nez qu’il desséchait ensuite. Ils cousaient aussi la bouche de la petite tête car ils croyaient qu’ainsi, ils conserveraient le savoir et la connaissance de cette personne. Cette pratique est maintenant interdite depuis les années 70 mais il existe un marché noir de ces petites têtes. On a donc apprécié notre visite du musée. Une fois revenu à Quito, nous passons prendre nos sacs laissés à l’auberge et partons au terminal terrestre où nous devons prendre un bus de nuit pour Canoa, sur la côte équatorienne.
Nous sommes arrivés à Canoa ce matin à 7h00, Mélanie vous racontera cela demain !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s