Bord de mer… Enfin!

le weekend dernier, comme nous n’avons pas pu aller faire notre virée vélo à Saint-John au Nouveau-Brunswick, il était annoncé 90 % de chance de pluie le samedi, autant dire que c’était la douche garantie sur notre vélo et notre barda dans les sacoches, nous avons décidé d’aller camper près de…. Roulements de tambours, tadadam, Kejimkujik Bord de mer. Et autant dire que cela nous a réussi. C’est qu’il nous en aura fallu des essais pour aller faire cette marche de 9 petits kilomètres qui fait le tour du Parc.

Le premier fut en février 2021, le sentier était fermé car détruit par l’ouragan Dorian en 2019. Nous avions donc simplement fait la petite partie encore ouverte qui mène à une plage de sable.

Le deuxième, L’année suivante, c’est à dire cet hiver, accompagnés de notre amie Julie, nous avons à nouveau tenté l’expérience, c’était encore en Février. Il avait tellement neigé, l’accès au Parc était bouché. Même avec notre pickup équipé de ses gros pneus, nous ne pouvions casser les bancs de neige.

La troisième fois fut donc la bonne. Il faisait beau et chaud. Le weekend a commencé par une visite du musée des loyalistes noirs de Nouvelle-Écosse. Je vous renvoie à la page Wikipedia pour plus d’histoire à ce sujet (https://fr.wikipedia.org/wiki/Loyaliste_noir). Nous avons ensuite fait une pause à Shelburne où il ne se passe jamais rien, avons fait le plein de bière à la brasserie Boxing Rock et sommes allés planter la tente au parc provincial Thomas Radall. Les plages y sont magnifiques, cela nous donnait un avant goût de la marche…

Le lendemain matin, nous voilà sur les lieux. Le sentier traverse d’bord un petit boisé puis s’enfonce à travers une tourbière. La flore y est abondante. Il y avait des orchidées sauvages partout, des baies,du thé du Labrador et cela faisait longtemps mais nous avons revu le fameux panneau CAUTION Bear in area. Nous étions contents de retrouver ce signe!

Après quelques kilomètres, nous longions enfin le littoral. Une brume légère s’était installée en bord de mer avec la marée haute mais elle s’est finalement assez vite dissipée pour laisser place aux paysages maritimes de Kejimkujik: rochers, plages de galets, plages de sable fin, mouettes plongeant dans l’eau et phoques se dorant la couenne sous le soleil. Nous avons donc fait comme ces derniers. Après le pique-nique, nous avons pris possession d’un rocher qui nous semblait assez plat et avons fait une sieste bien agréable avant de reprendre la route pour Digby.

La suite en images


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s