Toujours plus au nord

Nous avons presque atteint le cercle arctique. Pas encore, mais c’est pour bientôt. Promis, en 2019, on y sera. En attendant, nous nous sommes arrêtés au 64e parallèle, à Dawson. Capitale historique du Yukon, c’est le symbole de la ruée vers l’or. Ce village de pêcheurs s’est transformé en métropole à la fin du XIXe siècle avec l’arrivée massive des chercheurs d’or déterminés à faire fortune : on y comptait alors 40 000 habitants. Peu d’entre eux se sont réellement enrichis, et la population a rapidement chuté. Seules 2 000 âmes vivent maintenant à Dawson. L’été, c’est une autre ambiance. Les touristes y affluent par milliers en raison des nombreuses attractions et sites historiques qu’offre la région. On peut y pratiquer l’orpaillage, visiter le site de la drague numéro 4, les lignes de dragage, monter à bord du S.S. Keno, assister à des spectacles de can-can… Le tout dans un décor d’époque : les bâtiments sont restés tels quels (malgré plusieurs grosses inondations), et on se demande parfois comment ils tiennent encore « debout ». Les rues en terre battue transportent dans le passé.

Mais nous, nous avons vécu quelque chose de bien différent. En octobre, rien de tout cela. Un peu comme lors de notre première visite à Skagway – qui ressemble d’ailleurs à Dawson à bien des égards – nous avons atterri dans une ville presque fantôme. Et le mot est bien choisi, car à quelques jours d’Halloween, la seule preuve de vie étaient les gens déguisés dans les bars et les restaurants. Nous étions au courant et n’avons pas été surpris. Nous avions en fait profité d’une promotion de la compagnie aérienne Air North. À l’époque, Étienne n’était pas encore entré dans nos vies et nous savions que nous n’irions pas à Dawson cette année. Nous avons donc choisi d’aller prendre le pouls de la ville en avion. Mais nous nous doutions bien qu’octobre n’était pas la période la plus propice au tourisme dans la région. Ce fut donc un week-end très très tranquille à base de promenades, de cafés, de « shopping », de cocktails, de bière et de restaurants. Mention spéciale au fameux Dowtown Hotel et à son saloon (où il est possible de boire le fameux sourtoe cocktail – nous avons passé notre tour) pour sa soirée karaoké où nous nous sommes bien amusés (à regarder, pas à chanter, bien sûr). Nous avons aussi bien glissé à cause des pluies verglaçantes qui avaient transformé la ville en patinoire : merci Maman pour les crampons!

Une petite escapade bien dépaysante, donc. Mais il nous tarde de retourner dans une ville animée l’an prochain, et de profiter de tout ce que la ville a à offrir!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s