Mars et le printemps

Nous voilà en avril, alors que s’est-il passé en mars? Mars, c’est le mois des activités extérieures ici. Il est censé faire moins froid, et les jours rallongent. Toutes sortes de choses sont donc organisées chaque année sur la baie encore gelée.
Tout d’abord le festival Snowking, qui dure un mois, et son château de neige, ses sculptures sur glace (compétition et tout, attention, ça ne rigole pas!), ses concerts et autres spectacles. Il y en a pour tous les âges et pour tout les goûts.

Tous les ans est également organisé le Long John Jamboree. Littéralement, un « long John » est un sous-vêtement une pièce (carreauté, si possible), qui permet aux gens de résister aux grands froids de l’hiver. Le genre de choses que les trappeurs portent dans leur cabane au fond du bois. Ce festival est donc organisé en l’honneur de ce vêtement auquel un grand nombre de Ténois sont redevables, et on peut voir certaines personnes se promener en long John sur les lieux (il n’y a bien que les Canadiens pour avoir de telles idées). Cela donne l’occasion de s’amuser sur la baie avec, encore une fois, un concours de sculptures sur glace (et oui, les activités sont tout de même assez limitées sur un lac gelé avec de la neige et de la glace partout). On a également pu assister au Canadian Championship Dog Derby, une étape de la course mondiale des chiens de traîneaux. Il était également possible de survoler la ville en avion ou en hélico, ou de manger des sucettes à l’érable. Une fin de semaine bien occupée, donc.

Mars était également le mois du concours annuel de jeux de mains organisé dans la collectivité autochtone Tłı̨chǫ de Behchokǫ̀, à une centaine de kilomètres de Yellowknife. Ce jeu en équipe, autrefois pratiqué entre chasseurs pour gagner des allumettes, des munitions ou des peaux d’animaux, consiste à faire deviner dans quelle main les adversaires ont caché un jeton. Encouragés par un groupe de joueurs de tambours traditionnels, les participants exécutent des mouvements de mains élaborés pour tromper leurs adversaires et arrêter le jeu. Aujourd’hui, il s’agit d’un événement auquel participent des équipes des Territoires du Nord-Ouest, du Yukon et du nord de l’Alberta, et qui leur permet de gagner… de l’argent. Et pas des petites sommes : 30 000 $ pour la première place! Cela a été une belle expérience pour nous. C’était la première fois que nous nous rendions dans une communauté autochtone, que nous assistions à un événement propre à leur culture, bien différent de ce que l’on veut bien nous montrer en ville. C’était vraiment intéressant de se retrouver en minorité là-bas, de se faire regarder parfois d’un œil bienveillant, parfois moins. Cela permet de remettre les choses en perspective et de réfléchir à la question autochtone au Canada. Vaste sujet dont on ne maîtrise pas grand-chose, mais très important néanmoins, car il occupe une très grande place tant sur le plan social que politique du pays. Tout un débat!

Le tournoi de jeux de mains à Rae, une autre communauté à l’ouest de Yellowknife.
Pour rester dans le thème, nous avons décidé avec nos amis (et collègues) Carole, Yves et André, de prendre la route d’hiver jusque Whatì, une autre collectivité autochtone de 500 habitants située à environ 150 km de Yellowknife, juste pour voir! Nous avons traversé tout Marian Lake (environ 35 km) sur la route de glace. Puis nous nous sommes retrouvés au bout d’une route, au bord du lac La Martre, l’un des plus grand des Territoires du Nord-Ouest. Toute une expérience : du blanc, du blanc, du blanc. Quelques arbres, puis du blanc, du blanc, du blanc. Un peu de gris aussi, parce qu’il neigeait à notre départ. C’était donc manqué pour le bleu translucide de la route de glace, que nous étions venus chercher. Mais le soleil s’est levé au retour, ce qui nous a permis d’admirer ce paysage immense et vierge. Impressionnant!

Et pour finir, mars était le mois des tempêtes géomagnétiques : des aurores, des aurores, et des aurores. Mais pas de simples aurores. Des aurores vertes, jaunes et roses, qui dansent à une vitesse incroyable au-dessus de nos têtes. Juste magique! Juste de quoi nous rappeler que la nature est grandiose, et que nous, nous sommes minuscules.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s