Mes maîtres me détestent!

Je m’en doutais un peu, maintenant, j’en suis sûr! Figurez-vous qu’ils n’ont rien trouvé de mieux à faire la semaine dernière que de m’emmener avec eux à Victoria!!! Victoria, sur l’île de Vancouver!!! Si si, je vous jure, à 950 km de chez nous! Et ils ont osé me dire qu’on partait « en vacances ». Hum hum… Ils étaient trop excités d’aller retrouver leurs copains Marie et Luc, qui se sont installés là-bas il y a quelques mois. Alors bon, Marie, moi, je l’aime bien. Elle s’est occupé de moi plein de fois à Québec. J’ai rien contre l’idée de la revoir… CHEZ MOI! Luc, je le connais pas, alors p’têt qu’il est sympa, j’en sais rien. Mais il serait beaucoup plus sympa chez moi, ça c’est sûr. Ben non, ils ont choisi de m’y emmener passer une semaine. Alors voilà, c’est parti. Vas-y que je te sors la caisse de transport, mon pire cauchemar, que je te mets dedans et que je te trimballe au garage pour te coincer dans une autre boîte, un peu plus grande, certes, mais qui roule. Le genre de trucs que j’adore quoi. Au début, j’étais franchement pas fier. Mais bon, au bout d’un moment, je me suis quand même détendu.

Jusqu’au moment où on s’est arrêté en pleine nuit et là, ils ont ouvert le toit, installé un lit, et ils se sont couchés. Moi, je flippais. Je me suis planqué un peu sous le siège, puis je me suis dit que c’était sûrement moins dangereux d’aller coucher avec eux. Enfin… SUR eux. Du coup, ils ont super mal dormi, et dès que le ciel s’est un peu éclairé, j’étais super en forme, prêt à repartir. On a donc repris la route, et cette fois, c’était peinard. Ceci dit, ils m’ont quand même fait prendre le bateau (ça, c’était moins peinard, même en restant dans la voiture). Puis, enfin, on est arrivé! Alors là, c’était la fête. Moi, j’ai squatté le lit direct, et je peux vous dire que c’est mieux quand ça bouge pas.

Eux, ils étaient tout contents de se retrouver. Ils se sont même tapés une raclette! Et ils ne se sont pas privés, hein!

À partir de là, ils ont fait plein de trucs sans moi, parce que c’était un long week-end : le lundi était férié pour l’Action de Grâce. Du coup, le dimanche, ils sont allés se promener sur Salt Spring island, une île voisine, très jolie apparemment. Ils ont acheté des trucs locaux : du fromage et, de la bière. Comme par hasard, il y avait une microbrasserie…

Par contre, ils y allaient au départ pour acheter des fruits : j’en ai pas vu la couleur. En même temps, je m’en fiche, j’aime pas ça! Ce qui est génial dans le coin, c’est que le climat (pas très clément l’hiver, il faut bien l’avouer) est très doux, et cela permet de cultiver plein de trucs. Et ça, c’est une chance incroyable. On peut aller faire ses courses directement à la ferme, et on trouve toute une variété de produits. Et au supermarché, tout est local! Pas besoin de se poser des tas de questions : tout est là et vient de là! La seule chose pour laquelle il faut réfléchir (un peu), c’est dans quelle ferme on peut trouver des aliments biologiques. Les légumes, c’est pas trop mon fort, mais je reconnais que c’est quand même bien d’avoir tout à portée de main. Et il y a la même chose pour la viande, alors ça me plaît, ça quand même. C’est pas à Canmore qu’on peut aller chercher sa viande à la ferme!

Le lundi, c’était férié, et qui dit Action de Grâce dit dinde. Mais alors là, GROSSE dinde. ÉNORME dinde! Non, parce qu’il faut quand même dire que Marie et Luc vivent dans un petit paradis : ils louent le dessus d’une grange sur le terrain d’une petite ferme, et les proprios vivent dans une maison à côté. Du coup, ils ont des poules, des dindes, des chevaux, ils vendent des oeufs. Et Marie et Luc leur ont acheté une dinde. Alors là, c’était l’activité du lundi, ça a pris une bonne partie de la journée de la préparer. Mais quel régal! Et là pour le coup, je ne peux vraiment pas me plaindre, ils ne m’ont pas laissé mourir de faim. Franchement, la dinde, j’en ai bien profité. Eux aussi, ceci dit…

Mais comme je le raconte là, on va croire qu’ils ont passé leur semaine à manger. C’est un peu vrai. Mais pas que. Le lundi toujours, ils ont fait de la menuiserie. Quelle idée… Il fallait absolument voir la fin du match de rugby, alors pour ça, il fallait un écran. Y en avait pas, les gars l’ont fabriqué. Tout ça pour que la France se fasse laminer par l’Irlande, franchement….

Puis le reste du temps, ils ont bossé la journée pendant que moi je dormais sur le lit. Comme à la maison. Et après le boulot, ils sortaient visiter les environs. Il semblerait que la ville de Victoria soit très jolie. Mélanie a trouvé que les routes de l’île faisaient penser à l’Irlande. C’est vrai, c’est pas souvent qu’on voit des petites routes sinueuses entourées de végétation au Canada. Et la végétation, rien à voir avec l’Irlande pour le coup, mais elle est bien jolie. En plus, les arbres étaient encore pleins de couleurs. On n’avait pas vu ça depuis le Québec. En fait, on se retrouve dans la nature très vite dès qu’on sort du centre. Et puis quand même… il y a la mer! Mais ça sent pas la mer, par contre. C’est bizarre.

Alors ils ont visité plein de petits coins sympas : un quartier de maisons-bateaux, le centre-ville de Victoria qui fait beaucoup penser au quartier du marché Pike Place de Seattle, avec toutes ses ruelles et tous ses petits commerces, l’ancien quartier industriel avec plein de petites boutiques, ils ont vu le premier phare permanent du Canada, ils ont mangé de la super bonne pizza, marché le long de plages magnifiques. Bref, ils en ont bien profité; elle est belle la capitale de la Colombie-Britannique! En plus, ils ont eu des super cadeaux!!!

Puis le samedi est arrivé, et là… ils m’ont remis dans la caisse de transport. J’y croyais pas. Mais si, il fallait bien repartir. Je me suis mieux senti dans le van qu’à l’aller, quand même, mais c’était long… On s’est de nouveau arrêté en chemin pour couper la route en deux. Là par contre, la nuit dans le van, ça m’a pas beaucoup plus plu qu’à l’aller. Du coup, je les ai encore empêché de dormir en me couchant sur eux. Mais après ça, le lendemain, c’était la dernière étape, et j’étais bien content d’enfin pouvoir aller me cacher sous leur lit en arrivant! Par contre, eux, j’ai l’impression qu’ils n’étaient pas aussi contents que moi de rentrer. En tout cas, après une semaine comme ça, j’étais crevé. J’ai hâte de les revoir bientôt, Luc et Marie, mais s’il-vous-plaît, la prochaine fois, faites-les venir!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s