Réveillon de l’an dans le désert

Nous sommes partis à 7 h ce matin pour San Pedro de Atacama. Nous prenons la route que nous avons prise hier et avant-hier, et repassons par la quebrada de Humahuaca et par les salinas grandes. Nous passons la frontière argentine dans problème à 4 000 m d’altitude, par le paso de Jama. À partir de là, c’est la découverte. Le paysage est magnifique. Nous sommes en plein désert, c’est impressionnant. Au point le plus haut, nous atteignons 4 810 m. Nous sommes entourés de montagnes et de volcans enneigés. Nous croisons des lagunes dans lesquelles les flamands rose se trempent les pattes, et on voit aussi beaucoup de vigognes. Les couleurs sont vraiment exceptionnelles. On en prend plein les yeux.
Nous arrivons à San Pedro de Atacama vers 15 h, nous passons la douane chilienne, puis le bus nous dépose dans le village. C’est très dépaysant. Toutes les maisons sont en adobe, les rues sont en terre, il fait très chaud, le vent fait voler la poussière, bref, c’est un autre monde…
Nous passons au moins deux heures à chercher un lieu où dormir. Nous voulons camper, mais aucun camping ne nous convient. C’est soit trop cher, soit pourri. Finalement, nous choisissons le plus éloigné, mais aussi le moins peuplé. Le patron est tout sauf aimable, il ne comprend pas vraiment ce que nous lui demandons, mais nous faisons abstraction. Nous nous installons et allons faire nos courses pour le « réveillon ». Nous allons essayer de partager l’un des barbecues du camping, il n’y en a que quatre pour tout le monde…
Le village est ultra animé, les rues sont bondées, et c’est très touristique, c’est un mélange assez bizarre. Nous finissons par trouver tout ce dont nous avons besoin, viande, légumes, vin, et rentrons cuisiner, après avoir fait une petite pause bière dans un bar très sympa. Le temps de rentrer, il fait presque noir. Nous n’avons pas de charbon de bois, le proprio du camping devait nous apporter du bois, il ne l’a pas fait, et les deux Français à qui nous avions demandé pour partager le barbecue semblent un peu indisposés par la chose. Du coup, on prend l’apéro, et l’entrée : le foie gras est toujours aussi bon, même à l’autre bout du monde. Il aura fait des kilomètres celui-là 😛 On se régale !

Le moment venu de cuire notre viande, nous allons demander un coin de barbecue à un groupe de jeunes Chiliens qui s’est installé à côté de nous. Au moins, eux, nous n’avons pas l’impression de les déranger… On discute un peu avec eux, c’est rigolo, mais nous ne fêtons pas la nouvelle année de la même manière : ils sont déjà au rhum et au whisky. Nous passons donc minuit tranquillement à notre table, seuls. Le camping s’est vidé, tout le monde semble parti fêter sur la place du village. Nous, on profite à distance des feux d’artifice, puis du magnifique ciel étoilé. Nous allons nous coucher heureux.

Bonne année 2012 à tous !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s