Journée peu intéressante à San Juan

Nous avons passé la matinée à planifier les jours à venir, à faire des allers-retours au terminal de bus pour acheter les billets, puis sommes retournés au centre-ville pour manger. Nous avons déjeuné dans un marché bien typique d’ici et nous sommes régalés d’empanadas offertes par la maison, puis d’une milanesa avec frites. C’était vraiment rigolo, nous étions entourés de locaux et nous sentions un peu étrangers à la chose. Ce qui nous gêne le plus en ce qui concerne la nourriture, et cela se produit à chaque fois, c’est que nous ne connaissons pas les noms des plats. Il y aurait plein de choses à goûter ou à découvrir, mais comme on ne sait pas comment cela s’appelle, on n’ose pas commander. Du coup, nous passons à côté de plein de choses…

Après le repas, nous allons faire des courses et allons rechercher nos sacs laissés à l’auberge. Nous nous rendons ensuite à l’arrêt de bus pour aller au camping où nous dormons ce soir. Avec la chaleur qu’il fait, nous avons plutôt envie d’être à l’extérieur. Nous passons au moins 1 h 30 à trouver le bon arrêt de bus, après 2 tentatives manquées. Nous finissons par trouver le bon arrêt et attendons. Nous sommes samedi, les bus passent toutes les 30 à 40 minutes… Nous arrivons enfin au camping, mais ce que nous découvrons ne nous plaît pas vraiment. Tous les emplacements sont pris, ou presque, mais pas par des campeurs. En Argentine, les gens vont passer la journée dans les campings et profiter des barbecues mis à leur disposition. Nous avions déjà vu cela, et cela ne nous dérangeait pas outre mesure. Mais cette fois, c’est un peu exagéré. Les gens ont carrément installé la sono, et la musique bien d’ici, la cumbia, résonne dans tout le camping. Nous demandons à nous installer dans un endroit plus tranquille, mais la responsable nous répond que les gens ne sont là que pour la journée et qu’ils seront partis ce soir. Parfait. En attendant, nous montons la tente et allons profiter de la piscine, qui est bienvenue.

Vers 21 h, effectivement les gens s’en vont, et nous retrouvons le calme. Nous mangeons tranquillement et allons nous coucher, après avoir discuté avec Pascual, un Argentin qui rêve d’aller s’installer au Canada avec sa famille.

Vers 2 h du matin, nous sommes réveillés par la cumbia, de nouveau. Cette fois, c’est un repas de mariage qui a lieu dans le camping. La responsable a omis de nous dire que nous ne pourrions pas dormir de la nuit. Et jusqu’à 5h 30 du matin, heure à laquelle nous nous levons, car nous devons retourner en ville pour prendre un bus à 8 h et que le bus pour s’y rendre passe à 6 h 30, nous entendons de la cumbia à fond. Impossible de fermer l’œil. Franchement, San Juan ne nous aura pas marqués pour les bonnes raisons. Vivement demain, que l’on passe à autre chose.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s