Viña del Mar

Quelle bonne nuit ! Franchement, Valparaiso, c’est génial. Même les lits de l’auberge sont super confortables. Bon, Stéphane a un peu souffert des ronflements de Mark, l’Australien voisin de lit, mais pour ma part, je n’ai rien entendu. Nous nous levons en forme, prêts pour une nouvelle journée d’exploration. Au programme aujourd’hui : la Sebastiana ce matin, puis Viña del Mar, la station balnéaire, cet après-midi.

Nous prenons tranquillement le petit déjeuner (lui aussi, vraiment bon. Le pain brun maison est succulent !) et nous mettons en route. Mais après avoir discuté avec Tsong, un autre voisin de lit, Français cette fois, nous décidons d’aller directement à Viña del Mar et de laisser tomber la Sebastiana. Selon lui, cela ne vaut pas la peine à part si on est vraiment fan de Neruda (ce qui, soyons francs, n’est pas le cas. Nous ne connaissons pas un seul de ses poèmes…), parce que finalement, c’est simplement sa maison. Il n’y a rien de vraiment explicatif ou historique, c’est juste histoire d’entrer dans l’intimité de l’artiste. Nous étions un peu hésitants (les musées et nous, ça fait deux), et finalement, Tsong nous a convaincus. Et ce sont toujours 3 000 pesos par personne que nous pourrons mettre ailleurs. Nous partons donc pour prendre le métro qui nous emmène à Viña. Sur le chemin, on peut observer des pélicans qui se baignent de l’autre côté de la voie. Le trajet en train est très rapide. En 15 minutes, nous y sommes.

Alors, pour la petite explication, Viña del Mar est LA station balnéaire chilienne par excellence. On va là-bas pour la plage. Pas tant pour se baigner que pour bronzer, parce que les courants (de Humboldt, vous avez vu un peu la culture ;-P) refroidissent énormément l’eau, et peu de monde ose y entrer. Il y a aussi un certain risque en raison des courants (mais là, je ne sais pas lesquels), et l’on peut se faire entraîner. La baignade n’est donc pas conseillée. Cela n’empêche pas les plages d’être bondées, et il y a quand même quelques personnes dans l’eau.
Nous commençons notre tour par le parc Quinta Vergara. Il est plein d’espèces d’arbres de partout dans le monde, très vert. La promenade est agréable.

Nous longeons ensuite l’avenue principale, Libertad, jusqu’au musée Fonk, à l’entrée duquel est exposé un moaï, une statue de l’Île de Pâques. Ces statues de pierre taillées par les habitants de l’île, puis transportées à leur destination (personne ne peut expliquer comment) sont impressionnantes. Nous sommes bien contents de pouvoir en voir une de près. Puisque nous n’irons pas à l’Île de Pâques, nous décidons de visiter le musée. Il contient une exposition sur les moaï, justement, avec des explications sur la manière dont les statues étaient taillées. Les autres salles sont également intéressantes, particulièrement celle concernant les indiens de Patagonie et les Mapuche. Pour une fois, nous ne regrettons pas notre visite.

Il est temps d’aller manger quelque chose. Nous tournons un peu, car nous ne voulons pas aller au resto, mais nous ne trouvons pas non plus de petits stands pour acheter de quoi grignoter. Nous passons rapidement sur la plage, où les gens ne vendent que des glaces et des churros. Cela nous permet de voir la plage de sable s’étendre sur des kilomètres, et d’admirer la côte pacifique. Nous retournons ensuite vers la ville et faisons confiance au Lonely Planet, qui répertorie un endroit où l’on peut manger de très bons empanadas. Effectivement, on se régale. Le service n’est pas terrible, mais bon, on ne va pas s’arrêter à cela. Nous quittons le resto à 16 h et repartons tranquillement vers la station de métro en longeant la mer. Finalement, Viña del Mar s’est révélée exactement comme nous l’attendions. Il n’y a pas vraiment d’intérêt à y aller si ce n’est pour aller à la plage. La ville est super occidentale, il n’y a rien de dépaysant. Il reste que c’est agréable de pouvoir aller à la mer, et que c’est une destination agréable pour une petite journée.

De retour à Valpo, nous faisons quelques courses et rentrons à l’auberge profiter de la soirée, qui se révèle très agréable. Nous passons la soirée avec Milagros, une Argentine de Mendoza en vacances pour 2 semaines. Nous discutons autour du repas et d’une bonne bouteille de vin (le vin chilien est vraiment bon, lui aussi…). C’est toujours très enrichissant d’échanger et de partager avec les gens d’ici. On apprend une multitude de choses, et cela nous permet de comprendre un peu mieux ce que vivent et ressentent les locaux. Nous passerions complètement à côté de ça, sinon.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s