Esquel

Il fait beau ! Et il fait chaud ! Enfin, nous pouvons ressortir les sandales et ranger le coupe-vent. Il n’y a pas un poil de vent ici ! Alors après un copieux petit déjeuner, nous remballons tout et nous mettons en quête d’un camping. L’auberge, c’est bien en dépannage, mais au prix que ça coûte, on ne peut pas faire ça tous les soirs. À l’office de tourisme, on nous renseigne sur les campings et sur le parc national Los Alerces, où nous comptons aller marcher trois jours demain. C’est pour cela que nous sommes à Esquel.

En attendant, nous allons planter la tente et retournons en ville faire quelques courses pour pique-niquer sur la place. La ville est assez jolie. En fait, c’est l’ambiance qui nous plaît. Nous aimons bien les petites villes argentines, au fond des vallées, avec leur centre-ville pavé et les rues adjacentes en terre. Ici, l’environnement est encore une fois incroyable. Nous sommes entourés de montagnes, certaines (beaucoup) ont encore les sommets enneigés.
Après le repas, nous allons nous promener à 5 km du village. Nous grimpons pour une vue de la ville et des montagnes, et nous arrivons à une lagune où les gens d’ici viennent faire du kayak. C’est vraiment joli, et très reposant. Nous redescendons ensuite tranquillement. Nous devons aller préparer notre périple de 3 jours dans le parc. En chemin, Stéphane, qui marche en super gougounes Guinness pourries, se tord la cheville et s’arrache la peau des orteils sur les cailloux, ce qui ralentit passablement la descente, car il a du mal à marcher.

Nous retournons ensuite en ville faire les courses pour les trois jours à venir, puis il est vite l’heure de remonter manger.

La nuit va encore être courte, nous devons nous rendre à 8 h à la gare routière. Le temps de démonter la tente et de faire la route, nous devons nous lever à 5 h 45. Nous nous couchons au son des chiens qui aboient dans le lointain. On entend cela chaque fois que l’on campe depuis que nous sommes en Amérique du Sud. C’était un peu déroutant au début, mais on s’habitue.C’est l’événement du jour, il ne s’est pas passé grand-chose d’autre, mais cela a bien suffi à nous occuper pendant une bonne heure, le temps de nettoyer la plaie et soigner le blessé. Heureusement, rien de grave, nous pourrons quand même aller au parc demain.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s